La vie n’est qu’un examen

87.50300.00

Auteur : Emmanuel Fischer

S’il faut parler du premier examen que nous tous humains devons passer, c’est certainement celui de notre première respiration. De ce souffle initial dépends toute notre vie. De cette première respiration dépend tout notre avenir. En respirant pour la première fois, le nouveau-né passe son premier examen et remporte son premier succès : il vit !
Ce premier souffle est obligatoirement suivi d’un premier sanglot. Un premier cri pour respirer, un premier combat dont dépend toute une vie. Par ses pleurs, le nourrisson semble déjà comprendre que la vie ne sera pas facile, et qu’il lui faudra souffrir pour réussir.

Effacer
UGS : ND Catégories : ,

Description

Le premier examen
S’il faut parler du premier examen que nous tous humains devons passer, c’est certainement celui de notre première respiration. De ce souffle initial dépends toute notre vie. De cette première respiration dépend tout notre avenir. En respirant pour la première fois, le nouveau-né passe son premier examen et remporte son premier succès : il vit !
Ce premier souffle est obligatoirement suivi d’un premier sanglot. Un premier cri pour respirer, un premier combat dont dépend toute une vie. Par ses pleurs, le nourrisson semble déjà comprendre que la vie ne sera pas facile, et qu’il lui faudra souffrir pour réussir.
Ce premier examen est donc celui de la vie. Une fois que nous serons vivants et conscients de ce monde, la vie nous fera passer çà et là au travers de multiples épreuves, ces examens de la vie que nous connaîtrons tous, que nous le voulions ou non. Plus ou moins difficiles, ils rythmeront notre existence jusqu’au jour de notre dernier souffle.
L’examen de la réussite
En grandissant, le verbe « réussir » accompagnera l’enfant durant toute son existence. Car il lui faut maintenant réussir à marcher, réussir à être propre, réussir à obéir à ses parents, réussir à l’école, réussir son mariage et si possible, réussir sa vie. Puis, divers examens émailleront sa vie : brevet des collèges, baccalauréat, diplômes universitaires, permis de conduire et enfin, le premier entretien d’embauche. Adulte, il apprendra avec plus de brutalité encore l’exigence du succès. Et même, s’il refuse de réussir, la société lui imprimera ce verbe ambitieux au plus profond de son cœur. Car le succès est la norme, et refuser de s’y plier conduit inexorablement à l’exclusion.
Il serait malhonnête de ne pas vouloir admettre ce culte de la réussite d’aujourd’hui. Toujours plus, toujours plus vite, plus fort, etc. Le monde célèbre la réussite sans jamais en étancher sa soif. Alors, comme une machine, l’homme se plie à cette mécanique ambitieuse, non parce qu’il le veut, mais parce qu’il le doit pour survivre. D’abord indifférent durant l’adolescence, il comprend vite que le succès seul lui confère le droit d’appartenir à la société. Sans relâche, il lutte et se bat pour être le grand vainqueur, pour être le premier… pour être quelqu’un de bien ! C’est le triste examen de la réussite.
Cependant, convoiter le succès est propre à la nature humaine. Réussir propulse l’homme au-dessus des autres, et cette délicieuse sensation de supériorité assouvit les désirs les plus intimes de son cœur. À vrai dire, même s’il se plaint du culte de la réussite, cette réussite est sa plus fidèle complice, car elle contente son orgueil et sa convoitise. Finalement, l’homme se plaît à réussir.
L’examen final
Cependant, toute réussite passe par un examen. Et pour réussir l’examen, il faut évidemment le préparer. Il serait impensable de passer le baccalauréat sans avoir révisé ses cours. Personne n’aurait l’audace de se présenter à un entretien d’embauche sans connaître la société ou l’emploi pour lequel il postule. Un examen ne s’improvise donc pas, mais se prépare avec le plus grand sérieux. Car une mauvaise préparation conduit inévitablement à l’échec final. Si la réussite se savoure, l’échec est rarement bien vécu. Par conséquent, tout examen mérite une bonne préparation afin que les chances de réussite soient optimisées au maximum.
C’est pourquoi tout examen doit être considéré avec beaucoup d’attention. Et il en est un qui mérite davantage encore d’attention : l’examen final. C’est le dernier examen de la vie, une évaluation que doivent subir tous les êtres humains lorsqu’ils quittent cette terre. La Bible déclare « qu’il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (Hébreux 9.27).
Cette évaluation finale ne se fera pas sur la base de nos compétences professionnelles ou de notre réussite. Lors de l’examen, Dieu nous posera une seule question : « As-tu accepté Jésus-Christ comme ton Sauveur ? » A cette question solennelle, il nous faudra répondre par « oui » ou par « non ». Et de cette réponse dépendra toute notre éternité. (Jean 3.16)
Il est donc urgent de préparer aujourd’hui cet examen final. Pour cela, il nous faut réviser nos connaissances de la Bible. Car elle est la Parole de Dieu et elle nous présente le seul moyen de réussir ce dernier examen : Jésus-Christ. Elle nous fait prendre conscience que nous sommes pécheurs, car nous avons tous un jour menti, triché ou désobéi à Dieu. Par elle, nous comprenons aussitôt que tous les hommes sont voués à l’échec, et que nul ne réussira ce dernier examen. Heureusement, contrairement au monde, Dieu ne demande pas des capacités personnelles pour réussir ce dernier examen. Ce n’est ni en nous ni par le bien ou le mal que nous aurons fait, que nous trouverons le moyen d’être sauvés. C’est uniquement en acceptant ce cadeau immérité : la grâce que Dieu offre à tous ceux qui l’acceptent. Dieu savait notre incapacité à réussir cet examen final. Alors, il a tout mis en œuvre pour que nous puissions le réussir. Il a offert son Fils unique en sacrifice, afin que nous puissions être sauvés. En mourant sur une croix, Jésus nous a réconciliés avec Dieu. Désormais, quiconque accepte de croire au pardon de Dieu réussira son dernier examen. C’est le désir de Jésus-Christ de nous voir tous réussir, parce que dans son amour, sa seule ambition est que là où il est, nous y soyons aussi ! (Jean 17.24)
Réussir sa vie
Comme nous venons de le voir, le premier et le dernier souffle de vie sont importants pour l’homme. Pourquoi lutterions-nous pour notre première respiration de nouveau-né, si nous gâchons notre dernier souffle ? Pourquoi vouloir vivre et réussir à tout prix, si finalement nous essuyons un grand échec à la fin de notre vie ? Qui connaît le jour de son départ ? Qui connaît l’heure de son examen final ? Il est donc capital de s’y préparer. La Bible dit avec beaucoup d’urgence : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » (Hébreux 4.7). Alors, ouvrez vos yeux sur l’essentiel, et soyez de ceux qui réussissent réellement leur vie, en se confiant en Jésus-Christ. C’est en lui seul que vous pourrez réellement y parvenir.

Informations complémentaires

Format du traité

Format A4 – Dépliant DIN A4

Nombre de pages

Traités 4 pages

Caractéristiques

90g/m2 papier couché – Qualité papier : couché brillant

Voir le traité